Les troubles musculosquelettiques du rachis chez les assistantes maternelles

V. Leguen, G. Abadia-Benoist, A. Descatha Références en Santé au Travail, 2015, n°141, pp. 35-46. Bibliographie

L’activité de l’assistante maternelle consiste à assurer les soins courants de l’enfant.
En France, 1,3% de la population active exerce le métier d’assistante maternelle et leur nombre a été multiplié par 6 en 20 ans.
La recherche bibliographique a été pauvre : aucune étude n’a concerné exclusivement les TMS du rachis chez les assistantes maternelles ; et la recherche a été élargie aux différents modes de garde et aux métiers de la petite enfance en général : le principal sujet d’attention concerne la transmission des maladies infectieuses ; ce n’est qu’en 1993 en France que le sujet des TMS a commencé à interpeller la recherche.
La prévalence des lombalgies varie selon les études de 61 à 86% et des TMS sont aussi observés au niveau des épaules, des coudes et des poignets avec un risque relatif à 1,6 de développer un syndrome du canal carpien.
Sont principalement en cause le portage des enfants et notamment quand les enfants sont petits (un enfant de 0 à 1 an étant soulevé 46 fois contre une seule fois chez les 4-5 ans), mais aussi l’adaptation aux caractéristiques dimensionnelles de l’enfant nécessitant de se baisser pour se mettre à son niveau (mouvements de tronc courbé vers l’avant et flexions répétées au niveau des genoux pour s’accroupir). Les professionnels travaillent alors parfois assis au sol en continu pour être à la hauteur des enfants mais il s’ensuit des positions inconfortables au niveau du dos et des genoux et des efforts supplémentaires pour se relever rapidement pour intervenir auprès d’un autre enfant.
S’y ajoutent les contraintes liés au matériel souvent inadéquat.
La plupart des tâches perçues comme contraignantes impliquent les postures du corps qui exercent des forces de compression et de cisaillement sur les disques lombaires inférieurs.

D’autres données ont été recherchées à partir d’autres sources : réseau national de vigilance des pathologies professionnelles, statistiques de la Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés, maladies à caractère professionnel (MCP), enquête surveillance médicale des expositions aux risques professionnels, réseau surveillances de hernies discales en Pays-de-la-Loire, qui font apparaître des contraintes biomécaniques certaines.
D’autres nuisances ont été répertoriées : risque de chute, risques psychosociaux (horaires irréguliers et imprévisibles, haut niveau de responsabilité, attention soutenue et permanente, environnement de travail bruyant, ruptures affectives régulières, isolement professionnel, statut précaire), risques biologiques, risque chimique.

Au total, peu d’accidents du travail et de maladies professionnelles sont déclarés. En 2009, 4 MCP ont été déclarées pour 119 salariés de ce secteur : deux souffrances psychiques, une lombalgie et une insuffisance veineuse.
En 2010, 6 MCP ont été déclarées pour 131 salariés : cinq TMS du membre supérieur et une lombalgie.

Travailler avec de jeunes enfants est une tâche exigeante physiquement et le caractère essentiellement féminin est une spécificité forte de ce secteur qui peut avoir des répercussions en matière de sensibilité à certains risques professionnels.
Les assistantes maternelles ne bénéficient pas d’un suivi en service de santé au travail quand elles exercent à domicile. L’information et la formation de ces personnes sont à renforcer en matière de risques professionnels.

(publié le 11 mai 2015)