Retentissement sur la santé des conditions de travail des intervenants dans une entreprise d’aide à domicile

P. Massoni, R. Rajaona, C. Rupied, A. Albu, V. Costa, E. Kahal, MJ. Rateau, L. Rémande, M. Murcia Références en Santé au Travail, 2015, n°144, pp. 49-61. Bibliographie et annexes

Une enquête a été réalisée sur les conditions de travail et le retentissement sur la santé des aides à domicile travaillant pour une entreprise de 387 salariés prenant en charge 2 000 bénéficiaires "chroniques" sur un département (75% de personnes âgées et 25% de personnes présentant un handicap physique) ; 80% sont en milieu rural et 20% en milieu urbain.
Un auto questionnaire élaboré en 4 parties (caractéristiques des aides à domicile, horaires et organisation du travail, appréciation sur le travail, santé) a été envoyé aux 350 aides à domicile.
Les aides à domicile sont des femmes (99,6%), le plus souvent âgées de 40 ans et plus, travaillant en grande majorité à temps partiel et prenant en charge 6,5 personnes en moyenne. Le planning parfois serré (empêchant la pause d’une heure pour le déjeuner), souvent changeant, les horaires dépassés sans compensation financière, les temps de déplacement parfois longs entre les domiciles des bénéficiaires, des agressions verbales, des comportements ou des paroles déplacés, voire des agressions physiques, la confrontation à la souffrance, à la maladie ou à la mort entraînent un risque pour la santé en termes de charge mentale et de stress.
La charge physique aussi est intense (postures contraignantes, gestes répétitifs ou insuffisance d’aides à la manutention) occasionnant des douleurs ostéo-articulaires nécessitant médicaments (pour 50%) et arrêts maladie (43%).
42% des aides à domicile jugent leur état de santé général "mauvais" ou "très mauvais" et au cours des 12 derniers mois précédant l’enquête, 22% des aides à domicile ont eu un ou des accidents de travail (AT) avec arrêt, 30% ont fait une déclaration de maladie professionnelle (MP) et 57% ont eu un ou plusieurs arrêts maladie.
L’équipe pluridisciplinaire a proposé différents pistes d’amélioration et des actions concrètes ont été mises en place dans les semaines qui ont suivi la restitution au CHSCT dont :

  • le renforcement de l’accueil et de l’accompagnement des nouveaux salariés,
  • un tutorat systématique les quinze premiers jours,
  • une définition précise des tâches à accomplir mais aussi de celles non réalisables,
  • la participation des aides à domicile à la mise en place et au suivi de la fiche d’évaluation des interventions (ce qui favorise l’écoute et évite l’isolement),
  • la formation à l’analyse des AT et des MP,
  • une nouvelle organisation des temps de travail,
  • une organisation moins complexe des déplacements,
  • la mise à disposition d’un téléphone mobile permettant un échange facile et rapide notamment en cas de changement de planning,
  • la mise en place d’un plan de prévention de la pénibilité,
  • une identification claire des risques psycho-sociaux.

La poursuite d’une collaboration régulière de l’équipe pluridisciplinaire avec l’entreprise a permis le suivi dans le temps, des réalisations et des difficultés à les mettre en place.
Le frein principal à ce programme d’amélioration des conditions de travail est le manque de moyens financiers.

(publié le 23 février 2016)