Symptômes liés au travail auto-signalés chez les coiffeuses

Self-reported work-related symptoms in hairdressers L. Bradshaw, J. Harris-Roberts, J. Bowen, S. Rahman, D. Fishwick Occupational Medicine 2011, vol 61, n°5, pages 328-334. Bibliographie.

Des études détaillées sur les symptômes actuels signalés par les coiffeuses et la formation reçue pour réduire les risques pour la santé associés à cette profession sont inhabituelles. Le but de cette enquête britannique était de documenter les niveaux actuels de problèmes de santé allégués chez des coiffeuses, par rapport à des sujets de référence ne travaillant pas dans la coiffure.

Un questionnaire portant sur des informations démographiques, l’histoire professionnelle, les niveaux de formation en prévention pour la santé et la présence de symptômes allégués respiratoires, cutanés, musculo-squelettiques et non spécifiques a été administré par un enquêteur.

Au total, 147 coiffeurs, 86 % d’entre eux étaient des femmes (âge moyen 27 ans) et 67 référentes ne travaillant pas dans la coiffure, toutes des femmes (âge moyen 38 ans) ont été recrutés. Après ajustement par l’âge, le tabagisme et l’ancienneté professionnelle, les coiffeuses signalaient des niveaux significativement plus élevés de troubles musculo-squelettiques, incluant des douleurs de l’épaule liées au travail (OR 11,6 ; IC 95% 2,4 à 55,4), des douleurs du poignet et de la main liées au travail (2,8 ; 1,1 à 7,6), des douleurs du haut du dos liées au travail (3,8 ; 1,0 à 14,9), des douleurs du bas du dos liées au travail (4,9 ; 1,5 à 15,9) et des douleurs de la jambe et/ou du pied (31,0 ; 3,8 à 267,4). La fréquence d’asthme lié au travail était similaire dans les deux groupes (coiffeuses 16 %, référentes 17 %) ainsi que l’oppression thoracique et le sifflement. La toux liée au travail était significativement plus fréquemment signalée chez les coiffeuses que chez les référentes (13,2 ; 1,3 à 131,5).

Alors que la formation des coiffeuses à la prévention des risques était quasiment générale, ceci ne semble pas avoir toujours entraîné la conscience des risques potentiels pour la santé sur le lieu de travail.

En conclusion, cette enquête a identifié des symptômes musculo-squelettiques, cutanés et respiratoires fréquemment signalés par les coiffeuses. Ceci met l’accent sur un besoin de développer la formation qui ne doit pas seulement porter sur l’évaluation des risques mais aussi doit informer les coiffeuses sur les risques de leur métier pour leur santé.

(publié le 2 février 2012)