Comment appréhender les risques infectieux dans le secteur de l’aide et du soin à domicile ?

D. Abiteboul Hygiène et Sécurité du travail, 2018, n°252, pp. 34-37. Pour en savoir plus.

A la faveur des interventions à domicile, les professionnels peuvent être exposés à différents agents biologiques dangereux (virus, bactéries, parasites).
Les voies de contamination sont diverses : contact cutané (gale), voie aérienne (coqueluche, grippe, bronchiolite, tuberculose, rougeole..), voie digestive (salmonelloses, hépatite A, portage par la personne prise en charge d’entérobactéries ou d’entérocoques multirésistants), contact avec sang ou liquide biologiques (VIH, VHC, VHB).

Les risques varient selon la situation de travail et leur évaluation repose sur l’analyse des tâches effectuées par les personnels concernés. Un certain nombre de facteurs sont à prendre en compte dont la perception du risque et le niveau de formation des personnels, l’observance des mesures de prévention conseillées ; mais aussi l’organisation du travail, la conception des matériels, les procédures de soins.
Le lieu de travail étant le domicile des personnes prises en charge, il faut tenir compte des difficultés organisationnelles, techniques ou humaines rencontrées.

La prévention repose sur :

  • l’information et la formation des personnels, mais aussi des aidants et de la famille,
  • le respect des précautions standard en ce qui concerne l’hygiène,
  • l’instauration d’un circuit de collecte des déchets de soins à risque infectieux en cas d’objets piquants, coupants, ou tranchants.
  • l’information sur la procédure à suivre en cas d’exposition accidentelle.

Des états des lieux réguliers seront effectués pour harmoniser les mesures de prévention avec la réalité.

(publié le 23 janvier 2019)