Issues de la grossesse chez du personnel dentaire féminin – Une enquête de cohorte rétrospective à partir de registres

Pregnancy outcomes among female dental personnel – a registry-based retrospective cohort study I. Heggland, Å. Irgens, M. Tollånes, P. Romundstad, T. Syversen, K. Svendsen, I. Melø, C. Odont, B. Hilt Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2011, vol 37, n°6, pages 539-546. Bibliographie.

Le but de cette enquête norvégienne était de rechercher dans quelle mesure des femmes qui avaient travaillé comme dentistes ou assistantes dentaires en Norvège, un groupe ayant une exposition antérieure possible aux vapeurs de mercure, avaient eu un excès de risque d’avoir des enfants avec des malformations congénitales ou d’autres issues néfastes de la grossesse par rapport à la population générale. Une cohorte de personnel dentaire féminin a été identifiée à partir des archives du registre des dentistes et de l’union nationale des syndicats de Norvège. Des données sur les naissances et les issues de la grossesse entre 1967 et 2006 ont été obtenues à partir du Registre Médical des Naissances de Norvège (RMNN). La cohorte finale de personnel dentaire incluait 4 482 assistantes dentaires et 1 011 dentistes. Toutes les autres femmes enregistrées dans le RMNN étaient enrôlées dans le groupe de référence, pour un total de 1 124 758. Les excès de risques pour plusieurs issues néfastes de la grossesse pour le personnel dentaire par rapport à la population générale ont été estimés. Les analyses ont été faites pour l’ensemble de la période de temps et aussi par strates de périodes de 10 ans.

Le personnel dentaire féminin n’avait aucune augmentation observée de survenue de malformations congénitales (incluant les malformations du système nerveux central, les dysplasies de la hanche, le pied-bot, les malformations du cœur et des gros vaisseaux), de petit poids de naissance, de prématurité, de petite taille pour l’âge gestationnel, de modification du ratio de sexe, de naissances multiples, de mort à la naissance, ou de mort in utero.

En conclusion, au niveau d’un groupe, les auteurs n’ont pas observé un excès quelconque de risques de malformations congénitales ou d’autres issues néfastes de la grossesse chez le personnel dentaire féminin en Norvège au cours de la période 1967-2006 par rapport à la population générale.

(publié le 12 avril 2012)