Les expositions aux risques professionnels des personnels soignants en 2003

D. Walstisperger, I. Camus Documents pour le Médecin du Travail, 2009, n°120, p.453-458. Bibliographie.
Cet article analyse les résultats de l’enquête SUMER (surveillance médicale des risques professionnels) menée en 2002-2003 en ce qui concerne le personnel soignant. Les établissements de soins qui ont des activités hospitalières emploient 600 000 personnels soignants (infirmiers, aides-soignants et ambulanciers, techniciens paramédicaux) qui travaillent pour les trois quarts dans les hôpitaux publics et pour un quart dans le secteur privé. Plus de la moitié du personnel soignant est composée d’infirmiers et paramédicaux et un tiers d’aides-soignants et ambulanciers. Les femmes sont largement majoritaires parmi les infirmiers et aides-soignants (86%).
Les conditions de travail de ces personnels soignants sont marquées par des temps de travail très contraignants (travail en équipe, horaires variables d’un jour à l’autre, travail de nuit, travail de week end), un cumul de contraintes organisationnelles (rythme de travail très dépendant des collègues, très fortes responsabilités, risques de sanctions en cas d’erreurs, travail dans l’urgence), un contact avec le public qui cause parfois des tensions, voire des agressions verbales et/ ou physiques), des pénibilités physiques associées souvent à un manque de moyens et à un travail en urgence, des effectifs jugés souvent insuffisants, une surexposition à certains produits chimiques (15% des personnels soignants sont exposés à des cancérogènes, essentiellement le formaldéhyde et les cytostatiques) et aux radiations (pour 12% d’entre eux) et une exposition potentielle à des agents biologiques (au travers des soins d’hygiène, d’assistance à la personne, des soins médicalisés invasifs ou non).
Globalement, ces personnels, du fait d’une demande psychologique élevée, vivent plus souvent que les salariés d’autres secteurs, des situations de "job strain" élevées. Cependant malgré une perception assez négative de leurs conditions de travail, les personnels soignants ne sont pas plus enclins que les autres salariés à souhaiter changer de travail.
(publié le 17 mars 2010)