Troubles musculo-squelettiques allégués chez des pédicures en activité
Self-reported musculoskeletal disorders in podiatrists at work

M. E. Losa Iglesias, R. Becerro de Bengoa Vallejo, P. Salvadores Fuentes La medicina del Lavoro, 2011, vol. 102, n°6, pages 502-510. Bibliographie.

L’objectif de cette enquête espagnole était double : 1) établir la prévalence des troubles musculo-squelettiques chez des pédicures en Espagne, et 2) identifier les relations entre la durée et l’intensité de la douleur et les variables socio-démographiques. Une enquête épidémiologique a été réalisée auprès des pédicures espagnols, tant libéraux que salariés, qui avaient au moins 1 an d’ancienneté, qui travaillaient au moins 20 heures par semaine, et qui avaient 5 patients par jour de travail. L’enquête comprenait : 1) l’identification des troubles musculo-squelettiques au moyen du Questionnaire Nordique pour l’analyse des symptômes musculo-squelettiques ; 2) l’évaluation de la douleur perçue au moyen de l’échelle de Borg CR -10 ; et 3) l’analyse des variables socio-démographiques spécifiques. Les auteurs ont recouru aux statistiques descriptives de base pour analyser les caractéristiques socio-démographiques et la douleur perçue. Le Chi 2, le test de Student et l’ANOVA ont été utilisés pour déterminer les différences entre les variables.

L’échantillon était constitué de 274 femmes (65,08 %) et 147 hommes (34,92 %), pour un total de 421 pédicures. Les femmes étaient plus âgées et signalaient un score de douleur plus élevé que les hommes, bien qu’aucune valeur n’ait été statistiquement significative. En prenant l’ensemble de l’échantillon (femmes et hommes réunis), l’intensité de la douleur était significativement liée au statut marital (p = 0,006, IC 95 %). Les localisations de symptômes musculo-squelettiques les plus souvent signalées au cours des 7 derniers jours étaient les lombes, le haut du dos et le cou (respectivement 33,02 %, 21,85 % et 21,62 %). Les mêmes localisations étaient aussi signalées au cours des 12 derniers mois (respectivement 21,38 %, 13,06 % et 13,54 %). Les pédicures femmes et les plus jeunes signalaient davantage de plaintes au cours des 7 derniers jours et les pédicures les plus jeunes au cours des 12 derniers mois.

En conclusion, il existe une prévalence significative de plaintes musculo-squelettiques dans le travail quotidien des pédicures et les zones corporelles les plus affectées sont les lombes, le haut du dos et le cou. Les classes démographiques les plus concernées semblent être les groupes d’âge les plus jeunes, les femmes et les pédicures mariés.

(publié le 12 avril 2012)