Vaccinations et risque infectieux chez le personnel des établissements de santé

Coordination scientifique J-P. Guthmann Numéro thématique, Bulletin épidémiologique hebdomadaire, BEH, 2011, n°35-36, pp.369-391. Bibliographie
Ce numéro spécial est centré sur les infections à prévention vaccinale qui peuvent concerner les professionnels de santé sur leur lieu de travail.
Sachant qu’il n’existe pas de données nationales de couverture vaccinale concernant la population des professionnels de santé, une enquête transversale a été menée dans 35 hôpitaux et cliniques de France métropolitaine. Il apparaît que la couverture vaccinale des soignants est élevée mais non optimale pour les vaccinations obligatoires mais est insuffisante pour les vaccinations recommandées. Il en est de même pour les étudiants en santé en stage dans les hôpitaux de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris.
Le signalement des infections nosocomiales (SIN) est un dispositif réglementaire d’alerte mis en place en France en 2001 et les services sont invités à signaler les infections nosocomiales liées à la grippe si l’épisode leur paraît particulièrement grave ou inhabituel. Il apparaît que ce dispositif ne permet que rarement de connaître la source suspectée des épisodes de grippe rapportés ; néanmoins, il est urgent de renforcer la couverture vaccinale des soignants contre la grippe .
De 2008 à 2010, 89 épisodes de coqueluche ont été signalés par les établissements de santé en France, chiffre supérieur à celui de la période 2000-2007. Parmi ces 89 épisodes, 55 concernaient exclusivement des personnels de santé, 17 exclusivement des patients et 17 associaient les deux. Le personnel de santé est le plus souvent à l’origine de ces contaminations. L’objectif reste une détection rapide des cas (le remboursement officiel de la PCR devrait favoriser son utilisation plus systématique). De manière concomitante, il est impératif d’obtenir une meilleure couverture vaccinale des personnels de santé.
La rougeole quant à elle concerne principalement les infirmiers et les élèves. Il est important que le contrôle de la vaccination soit systématique à l’embauche, suivi d’une mise à jour le cas échéant, afin de limiter le nombre de cas et les coûts humains et matériels qui en découlent.
Enfin un suivi des accidents exposant au sang dans la période 2005-2007, a identifié 25 situations à risque chez des professionnels de santé non immunisés pour le VHB et exposés à un patient source porteur de l’Ag HBs, pour finalement 7 cas avérés. Si le suivi sérologique n’a pas toujours été conforme aux recommandations pour plusieurs professionnels, aucune séroconversion par le VHB n’a été observée.
(publié le 2 février 2012)