Activités professionnelles pouvant contribuer à des troubles musculo-squelettiques chez les étudiants en dentaire : étude de validation
Work-related activites that may contribute to musculoskeletal symptoms among dental students : validations study

P. Petromilli Nordi Sasso Garcia, C. Dupim Presoto, J. Maroco, J. Alvares Duarte Bonini Campos La Medicina del Lavoro, 2016, vol 107, n°3, pages 235-242. Bibliographie.

Les dentistes sont exposés à des risques professionnels, tels que des troubles musculo-squelettiques, dont les symptômes peuvent se manifester tôt dans la pratique clinique.

Cette étude portugo-brésilienne estime la fiabilité et la validité de la version portugaise du « questionnaire sur les activités professionnelles contribuant à des symptômes musculo-squelettiques » lorsqu’il est appliqué aux étudiants en dentaire.

153 étudiants brésiliens ont été inclus. La structure d’un facteur initialement proposé a été testé par l’analyse factorielle confirmatoire (CFA) en utilisant les indices X²/df, CFI, GFI et RMSEA. Après avoir observé un ajustement indiquant (X²/df = 7,140, CFI = 0,791, GFI = 0,778 et RMSEA = 0,129), l’échantillon a été divisé en trois groupes et une analyse factorielle exploratoire a été menée (EFA) (n = 225). Un CFA a ensuite été réalisé à l’aide d’un sous-échantillon (n = 113). Pour tester l’invariance de la solution factorielle obtenue, une analyse multi-groupe a été effectuée en utilisant un troisième échantillon, indépendant des autres (n = 185). La validité de la convergente (AVE) et des discriminants (p2) a été évaluée. La fiabilité composite (CR), le coefficient alpha de Cronbach (α) et le coefficient de corrélation intra-classes (p) ont été calculés.
Dans l’EFA, 3 facteurs ont été extraits : « la répétitivité », « la posture de travail » et « les facteurs externes » (X² = 21 895,154 ; p<0,001 ; KMO = 0,905 ; ʎ1 = 6,683, ʎ2 = 1,464 ; ʎ3 = 1,277) qui a expliqué 62,82 % de la variance totale. Le modèle à 3 facteurs a présenté un bon ajustement (n= 113 et n = 185) (X²/df = 2,259 ; CFI = 0,885 ; GFI = 0,833 ; RMSEA = 0,066). La validité convergente a été compromise uniquement par « la répétitivité » (AVE = 0,412 à 0,653). La validité discriminante (p² = 0,333 à 0,428), la fiabilité composite, la cohérence interne et la reproductivité étaient adéquates pour tous les facteurs (CR = 0,736 à 0,883, α -0,747 à 0,876 ; p = 0,729 à 0,940).

Le questionnaire a prouvé qu’il était fiable et valable pour l’échantillon des étudiants en dentisterie dans la mesure où le modèle à trois facteurs est utilisé.

(publié le 13 décembre 2016)