Insatisfaction des médecins généralistes israéliens quant à leurs propres soins de santé
Israeli general practitioners’ dissatisfaction with their own primary healthcare

G. Zacay, F. Hershkowitz Sikron, A. D. Heymann Occupational Medicine 2018, vol 68, n°3, pp.187-191. Bibliographie.

De nombreux médecins se traitent eux-mêmes malgré des directives établies déconseillant cette pratique.

Cette étude israélienne s’intéresse à la satisfaction des omnipraticiens quant à leurs propres soins de base et aux modalités de leur amélioration.
Un questionnaire a été envoyé aux omnipraticiens israéliens. Ont été investigués, l’écart entre le fait de bénéficier de soins médicaux délivrés par d’autres médecins et la réalité dans la pratique, la satisfaction sur leurs soins de santé, l’auto-prescription et les modalités pour améliorer l’accès aux soins pour les médecins.

Sur203 répondants (taux de réponse 203/985 = 21 %), 61 % ont déclaré ne pas avoir de médecin traitant. Les répondants les plus âgés étaient les moins susceptibles d’avoir un médecin traitant. 37 % des médecins ont déclaré avoir reçu moins de soins médicaux par des confrères, qu’ils ne le souhaitaient. Cet écart était plus élevé chez ceux ayant déclaré avoir utiisé en auto-prescription, des benzodiazépines et des anti-dépresseurs (p< 0,05) et l’écart était significativement associé avec l’insatisfaction concernant les soins de santé de base. L’odd ratio de la satisfaction sur les soins de base était réduite de plus de 85 % chez les omnipraticiens qui avaient déclaré recevoir des soins moins formalisés qu’escomptés (OR = 0,146 ; IC 95 % de 0,064 à 0,333).

Ces résultats renseignent sur le profil des médecins qui s’automédiquent et l’insatisfaction qui en résulte. Celle-ci est associée avec un écart entre les soins désirés et réels plutôt que sur le fait d’avoir un médecin traitant ou non. Il n’existe pas de consensus sur ce qui pourrait aider les médecins à choisir un médecin traitant.

(publié le 4 février 2019)