Protection des professionnels de santé contre la grippe : vaccin ou masque ?

J-F. Jehanno Le Revue du Praticien - Médecine Générale, 2017, vol.67, n°2, pp.131-133. Bibliographie
Les professionnels de santé doivent être protégés contre le risque de transmission grippale mais aussi doivent éviter de transmettre l’affection à leurs patients.
Les vaccins actuels sont efficaces entre 59% et 73% chez une population adulte saine si le produit injecté correspond aux souches circulantes. Leur tolérance est bonne (quelques effets secondaires locaux et 5 à 10% de réactions bénignes et transitoires). Ils méritent donc d’être promus, d’autant que les taux de vaccination restent faibles et ont même tendance à baisser depuis 2009. Si le HCSP (Haut Conseil de Santé Publique) recommande fortement la vaccination des personnels soignants, il en exclut toutefois l’obligation.
Quant au masque chirurgical, il n’existe aucune étude de bonne qualité démontrant leur efficacité à prévenir la transmission du virus par une personne symptomatique et aucune étude pour la prévention de la transmission par des personnes asymptomatiques. De surcroît, le masque est peu adhérent sur le visage et apte à laisser passer les fines particules sur le côté. Le masque n’est donc pas une alternative à la vaccination mais un complément.
En outre, il existe d’autres moyens de contracter la grippe, notamment par les surfaces non poreuses sur lesquelles le virus peut survivre jusqu’à 24h.
L’hygiène des mains avec des solutions hydro-alcooliques standard ne doit pas être sous-estimé en période grippale.
(publié le 8 mars 2017)