Vécu au travail des internes de médecine : étude qualitative

R. Pougnet, L. Pougnet, J-D. Dewitte, D. Jousset, B. Loddé Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement, 2019, vol.80, n°2, pp. 100-107. Références

Les internes en médecine en France entre la 7e et la dernière année de leur cursus universitaire sont à la fois médecins et étudiants (pour approfondir leurs connaissances et poursuivre leurs études scientifiques pour rédiger leur thèse de médecine et leur mémoire de spécialité).
Comment les internes perçoivent-ils leur travail ?
Pour répondre à cette question, une étude qualitative par entretiens non dirigés a été menée en Bretagne entre fin 2016 et début 2017.
Les principaux thèmes abordés étaient les relations avec les médecins seniors, celle avec les équipes paramédicales et avec les autres internes puis la charge de travail en stage et les études.
Les relations avec les médecins seniors sont perçues comme difficiles, voire conflictuelles, les internes y trouvant certes de la réassurance ou de l’aide ("je ne suis pas seul") mais au prix de grandes difficultés dans le domaine affectif ; selon les stages, les internes percevaient ou trop d’autonomie ou pas assez.
La relation avec les paramédicaux est perçue comme une lutte de pouvoir ou une remise en question de leurs compétences et les internes doivent apprendre à se positionner en tant que médecin dans les collectifs de travail déjà constitués.
Les relations avec les co-internes sont très positives (soutien hospitalier et estudiantin).
Les stages hospitaliers sont perçus différemment selon la taille des structures et la disponibilité des médecins seniors. Les stage en CH ou en cabinet sont souvent perçus comme formateurs et reposants tandis que que les stages en CHRU sont plus anxiogènes mais s’avérant plus intéressants de par la complexité et la technicité des prises en charge.
Tous déplorent le manque de temps pour leurs études (les internes doivent rester dans les services plutôt que d’aller aux cours de DES), ce qui est source de frustration pour l’interne et de tension avec les médecins.

Ce travail constitue un état des lieux qui permettra d’évaluer les changements qui s’opéreront dans les années à venir avec la réforme de l’internat mise en place en 2018.

(publié le 16 septembre 2019)