Les conditions de travail des conducteurs routiers salariés du transport routier de marchandises :
résultats des enquêtes 2006 à 2008

Commissariat général au développement durable, Service de l’observation et des statistiques, Etudes et Documents, 2011, n°35, 52 pages.
L’enquête avait pour objectif d’observer un échantillon représentatif de conducteurs de poids lourds salariés d’établissements exerçant dans le "transport routier de marchandises élargi", afin d’étudier leurs conditions de travail.
L’enquête a été réalisée à la suite de deux tirages, le premier concernant les établissements et le second, les chauffeurs. La collecte des données a eu lieu pour les trois années 2006, 2007 et 2008, en face-à-face et par téléphone.
Les chauffeurs sont pour la plupart des hommes âgés de 40 à 49 ans et un sur cinq a exercé au moins 6 mois un autre métier que conducteur et près de 15% ont connu une période de chômage de plus de 6 mois.
Les conducteurs routiers de moins de 30 ans sont plus souvent diplômés dans la filière spécifique transport que leurs aînés.
La moitié des conducteurs "longue distance" dort hors domicile plus de 15 fois par mois. Ces nuits là, les chauffeurs restent à 95% dans leur véhicule.
En 2006, un conducteur sur quatre a suivi au moins une formation professionnelle au cours de l’année mais cette proportion diminue les années suivantes. La formation initiale minimale obligatoire (Fimo) a été suivie par 20% des conducteurs en 2006, 13% en 2007 et 14% en 2008. Ceux qui l’ont suivie en 2006 et 2007 la jugent comme une bonne préparation au métier de conducteur (72% et 78%) et en 2008, ils ne sont plus que 57% à porter un tel jugement. La formation continue obligatoire de sécurité (Fcos) a concerné 20% des conducteurs en 2006, 13% en 2007 et 14% en 2008. Les conducteurs formés à la Fcos estiment à 60% qu’elle améliore la pratique du métier de conducteur.
Les accidents de travail sont en baisse légère depuis 2006, et c’est au moment du déchargement ou du chargement du camion que les risques sont majeurs. Les chauffeurs sont concernés dans environ 50% des cas, par des actions de prévention qui ont trait essentiellement aux équipements de protection.
Entre 2006 et 2008, le pourcentage des conducteurs déclarant un montant d’heures supplémentaires a augmenté et cela concerne essentiellement les conducteurs longues distances. Pendant cette période, la part moyenne de la rémunération dans le salaire brut est passée de 16% à 19%. Le repos compensateur obligatoire, accordé pour les heures supplémentaires effectuées au-delà du contingent annuel, concerne plus de 40% des conducteurs et reste stable entre 2006 et 2008.
(publié le 6 juin 2011)