L’obésité chez les chauffeurs professionnels

W. Van Hooste préventFocus, 2019, novembre, pp. 8-10. Références

La plupart des chauffeurs professionnels sont en surpoids (50 à 85% d’entre eux selon les études), en lien avec un travail sédentaire, une mauvaise hygiène alimentaire, peu d’activité physique. Ils ont aussi souvent un sommeil insuffisant (en qualité et en quantité).
Cela induit des pathologies chroniques : diabète, hypertension, syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS).
Leur risque cardiovasculaire est élevé en relation avec l’existence d’un syndrome métabolique qui nécessite trois des critères suivants : une circonférence abdominale supérieure à 102 cm chez l’homme (88 cm chez la femme), un taux élevé de triglycérides, un faible taux de HDL, une hypertension et une glycémie élevée.

L’influence sur la sécurité routière est importante. Les quelques études relatives à cette relation font état pour les chauffeurs obèses d’un sur risque (+50%) d’être blessé dans un accident de la circulation, d’un sur risque (+20%) d’être grièvement blessé). Selon les études, le risque d’un accident mortel est de 1,2 à 3 fois plus fréquent, chez un conducteur obèse que chez un conducteur de poids normal.
Ces accidents sont en lien avec le risque d’un infarctus du myocarde, d’un accident vasculaire cérébral, ou plus banalement d’une somnolence au volant, induite par le SAOS, mais ils peuvent aussi être en lien avec une interaction complexe de facteurs biomécaniques (tels que le mauvais usage de la ceinture de sécurité en raison d’une morphologie particulière ou le déplacement vers l’avant du haut du corps en cas de choc augmentant le risque de blessures à la cage thoracique).
Les mesures de prévention consistent à :

  • adapter le mode de vie,
  • détecter et traiter les facteurs de risque cardiovasculaire à un stade précoce,
  • inciter à la perte de poids (accompagnement personnalisé avec contacts téléphoniques éventuellement).

Une collaboration entre entreprises de transports, organismes publics de prévention, médecins du travail, compagnies d’assurance, chaînes de relais routiers pourrait s’avérer efficace.

(publié le 19 février 2020)