Les cobots entrent dans la production

F. Chevallier Face au Risque, 2016, n°527, pp.20-21
Les cobots (ou robots collaboratifs) contraction de l’anglais " collaborative robot" sont encore en phase d’expérimentation chez les constructeurs.
Il en existe deux types, les robots d’assistance physique (RAP) qui sont guidés manuellement par l’homme et les dispositifs d’assistance physique (DAP) qui viennent assister les mouvements des opérateurs. RAP et DAP peuvent être avec ou sans contention (fixés ou non sur tout ou partie du corps). Les dispositifs avec contention sont des exosquelettes.
Une entreprise bretonne a fait le choix d’avoir recours à des cobots pour aider les opérateurs dans les manipulations de menuiseries. Pour réaliser ce projet, ont collaboré une entreprise conceptrice et fabricante d’outils biomécaniques et une école d’ingénieurs qui a élaboré le cahier des charges.
Le résultat et un cobot qui assiste l’opérateur qui conserve ses gestes et son savoir-faire. Associés au projet dès le début, les salariés ont facilement accepté ce "collaborateur".
La Carsat (Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail) Bretagne s’est intéressée au projet avec l’objectif de convaincre les industries agroalimentaires très nombreuses dans la région.
Un ergonome est chargé de caractériser l’impact et les résultats de cette nouvelle technologie.
Un contrat de prévention a été signé avec la Carsat qui pourrait apporter une aide financière proportionnée aux résultats en matière d’amélioration des conditions de travail.
Une entreprise du BTP envisage l’utilisation exosquelettes pour épandre le bitume sur les routes. D’autres secteurs sont intéressés en attendant les exosquelettes motorisés qui vont prendre leur véritable essor dans les cinq ans à venir.
(publié le 4 janvier 2017)