La France, championne européenne des accidents du travail mortels

A. Bencheikh, N. Dufour Face au Risque, 2021, n°573, pp. 11-13
Les données utilisées sont celles d’Eurostat et s’appuient sur les cas constatés d’accidents de travail.
"La France est le seul pays de l’Europe des 15 (le noyau dur de l’Union Européenne, par son antériorité dans l’union Européenne et son nombre de travailleurs) qui a vu le nombre de décès par accident de travail s’accroître entre 2009 et 2017 en passant de 2,17 décès par 100 000 travailleurs à 2,64 décès par 100 000 travailleurs, soit une augmentation de 22% en 8 ans".
Par contre, deux pays se distinguent clairement des autres : l’Allemagne et les Pays-Bas avec des taux deux fois moins élevés que celui de la moyenne de l’UE des 15.
Pourtant malgré l’arsenal réglementaire européen existant, il n’y a pas d’alignement des dispositifs relatifs à la santé et à la sécurité au travail (SST) et le niveau de sécurité et de santé au travail diffère selon les pays.
Si la France est en tête pour le nombre de visites médicales pour les travailleurs, les enquêtes font ressortir que seules 56% des entreprises françaises procèdent à des évaluations des risques SST (contre 77% aux Pays-bas). Il est remarqué que les Pays-Bas sont aussi exigeants avec les petites entreprises qu’avec les grandes, là où la France fonctionne à deux vitesses en lien avec la taille de l’entreprise.
Néanmoins, de nombreux axes de progression devraient permettre d’infléchir la tendance : "la prise en compte des facteurs sectoriels, la prise de conscience des responsabilités des dirigeants et personnes titulaires des délégations de responsabilité, la nécessité d’investir dans la protection et la prévention selon une approche de précaution et une approche par les risques, la mise en place de véritables politiques de sécurité au niveau des entreprises et le rôle des formations des managers et collaborateurs".
(publié le 3 novembre 2021)