Expositions professionnelles aux solvants organiques et cancers lymphoïdes chez les hommes : résultats d’une enquête cas-témoin française

Occupational exposure to organic solvents and lymphoid neoplasms in men : results of a French case-control study L. Orsi, A. Monnereau, B. Dananche, C. Berthou, P. Fenaux, G. Marit, P. Soubeyran, F. Huguet, N. Milpied, M. Leporrier, D. Hemon, X. Troussard, J. Clavel Occupational and Environmental Medicine, 2010, vol 67, n°10, pages 664-672. Bibliographie.

L’objectif de cette enquête française était d’explorer le rôle de l’exposition professionnelle aux solvants dans la survenue de cancers lymphoïdes chez les hommes. Les données étaient celles d’une enquête cas-témoin hospitalière française, menée dans six centres entre 2000 et 2004. Les cas étaient les cas incidents âgés de 18 à 75 ans ayant un diagnostic de cancer lymphoïde. Au cours de la même période, des témoins de même âge et sexe que les cas ont été recrutés dans les mêmes hôpitaux, principalement dans les services d’orthopédie et de rhumatologie. L’exposition aux solvants a été évaluée en utilisant des questionnaires professionnels standardisés et au cas par cas par une évaluation d’expert. Une quantification spécifique de l’exposition au benzène a été essayée. Les analyses ont inclus 491 patients masculins [244 cas de lymphomes non Hodgkiniens (LNH) 87 de lymphomes de Hodgkin, 104 de syndrome lymphoprolifératif et 56 de myélome multiple] ainsi que 456 témoins masculins. Des régressions logistiques non conditionnelles ont été utilisées pour estimer les OR et l’IC 95%.

L’exposition aux solvants, tous solvants confondus, était associée de manière marginale avec les LNH [OR = 1,4 (1 ,0 à 2,0) p = 0,06], mais pas avec les autres cancers lymphoïdes. Aucune association n’a été observée avec les principales catégories chimiques de solvants. Il n’y avait aucune tendance démontré par les moyennes d’intensité ou de fréquence d’exposition. L’exposition au benzène pur n’était pas significativement liée aux LNH [OR = 3,4 (0.8 à 15,0)]. Les intensités maxima les plus élevées d’exposition au benzène étaient associées avec les lymphomes diffus à grandes cellules [OR = 2,1 (1,0 à 4,6)].

En conclusion, les résultats de la présente enquête fournissent des estimations compatibles avec l’hypothèse selon laquelle les expositions au benzène pur et les expositions très élevées au benzène peuvent jouer un rôle dans certains LNH. Il n’existait aucune preuve d’un rôle joué par les autres solvants organiques dans la survenue de cancers lymphoïdes.

(publié le 14 mars 2011)