Prévenir et réduire les TMS des salariés

PIC, Protection Individuelle et Collective, 2021, n°128, pp. 31-40
Toute démarche de prévention des TMS doit nécessairement tenir compte de trois principes fondamentaux que rappelle l’INRS : "l’approche globale, la participation de tous les acteurs de l’entreprise et le partage des connaissances".
Il faut prendre en compte les dimensions biomécaniques mais aussi organisationnelles et psychosociales en plus des facteurs individuels.
La vision est souvent à court terme et on se contente souvent de traiter ce qui se voit. Il faut travailler sur le long terme et intervenir en amont des projets afin d’identifier au mieux les conditions réelles de travail et d’éviter les problématiques TMS. C’est dans cette optique qu’il faut "mesurer, analyser, diagnostiquer et cartographier".
Les entreprises peuvent recevoir de l’aide notamment de l’OPPBTP pour mettre en place des solutions organisationnelles et techniques, mais aussi s’inspirer du programme national "TMS pro" de l’Assurance maladie et des très nombreux supports mis à disposition par l’INRS, ou s’entourer d’experts, notamment d’ergonomes.
Si les exosquelettes sont regardés par certaines entreprises comme une solution à toutes les difficultés, il faut rester prudent et leur déploiement doit s’inscrire dans une véritable approche de prévention collective et globale, car les TMS sont multifactoriels, tandis que l’exosquelette se contente d’apporter une assistance à certains gestes ou manutentions, en induisant parfois de nouvelles contraintes.
Les objets connectés pourraient connaître un bel avenir. En effet, la collecte des données permettra d’alerter en temps réel des contraintes liées à certains postes ou opérations et de réorganiser rapidement le travail.
Ce dossier donne la parole à un certain nombre d’experts qui apportent des points de vue complémentaires sur cette thématique importante de prévention des TMS.
(publié le 3 novembre 2021)