Cannabis et travail : un mélange risqué

Prévent Focus, 2009, n°7, p.4-7

Le cannabis est fabriqué à partir du chanvre indien ; son principe actif principal est le tétrahydrocannabinol (THC). L’addiction se caractérise par la dépendance et s’explique par une vulnérabilité biologique psychologique ou sociale.
Les effets du cannabis sont variables et dépendent du dosage en substances actives présentes dans le produit, du mode de consommation, de la condition physique du consommateur, de son humeur, de ses attentes et de sa personnalité, de l’environnement, de la fréquence et des habitudes de consommation de l’usager et des mélanges éventuels avec d’autres produits psychotropes. Le cannabis induit une altération de la vigilance, une modification de la perception du risque et/ou une prise de risque accrue à l’origine d’accidents du travail. Or plusieurs études mettent en évidence que les consommations de substances psychoactives sont plus élevées ou plus fréquentes chez les personnes qui sont affectées à des postes à risque ou à fortes contraintes.
La prévention s’inscrit dans un projet global et un esprit de concertation et son efficacité impose la participation de tous les acteurs de l’entreprise et la responsabilisation de chacun.

Les principales étapes de la démarche sont les suivantes :

  • mettre sur pied un groupe de pilotage,
  • effectuer un état des lieux,
  • rédiger un document de référence pour la procédure à suivre,
  • déterminer les rôles de chacun dans l’entreprise,
  • déterminer les signaux ou indicateurs d’alerte et de suivi,
  • prévoir des relais extérieurs,
  • préciser la conduite à suivre en cas de problème individuel.

Le modèle proposé par l’INRS peut aider les employeurs à mettre en place ce programme.

Il est important de garder à l’esprit qu’il ne s’agit pas d’une politique répressive mais bien d’une politique qui met l’accent sur la prévention.

(publié le 26 janvier 2010)