Crystal meth : une forme de méthamphétamine

F. Chiadmi, J. Schlatter La Presse Médicale, 2009, vol.38, n°1, p.63-67. Bibliographie

Le Crystal meth appelée aussi ice, ou Yaa Baa, est une drogue de synthèse constituée à 80% de méthamphétamine, se présentant sous forme cristalline, inodore et incolore, pouvant rappeler la glace, classée comme stupéfiant depuis 1970. Sa consommation s’est développée en Europe au début des années 2000. En France, sa consommation reste encore marginale et cible essentiellement les milieux homosexuels. Elle est facilement fabriquée dans des laboratoires clandestins et la majeure partie de la production européenne est localisée en Europe de l’Est. Le crystal peut être avalé, croqué, fumé, injecté ou inséré par voie rectale. Le consommateur ressent une diminution de la fatigue, l’illusion d’être invincible et ses facultés intellectuelles semblent s’épanouir. Il se sent euphorique et sexy, ce qui le conduit à des rapports non protégés et répétés (risque de maladies sexuellement transmissibles). Ce crystal stimule le système nerveux sympathique (tachycardie, hypertension artérielle, palpitations, sécheresse de la bouche, hypersudation, tachypnée, mydriase). Il peut engendrer des cardiomyopathies, des œdèmes pulmonaires et même un infarctus du myocarde. En quelques mois, il colorie les dents en gris-marron, dents qui finissent par se déchausser et tomber. Il favorise les convulsions épileptiformes. Il entraîne une dépendance qui ressemble à celle causée par la cocaïne. Aucune ligne de traitement pharmacologique n’est retenue. « La première exigence est la prévention. Elle repose sur une information cohérente et crédible de la population sur le crystal, particulièrement auprès des groupes les plus vulnérables ».

09B0495

(publié le 29 avril 2009)