Faut-il choquer les fumeurs et les fumeurs potentiels pour dissuader les comportements tabagiques ?
Efficacité des pictogrammes contre le tabagisme

C. Ben Lakhdar, N-G. Vaillant, F-C. Wolff Revue d’Epidémiologie et de Santé Publique, 2011,vol. 59, n° 3, p. 175-186
Pour lutter contre les comportements tabagiques dans un souci de santé publique, des messages d’avertissement sont apposés sur les paquets de cigarettes (textes de prévention et photos) depuis 2011.
Afin d’apprécier l’impact de ces messages, une enquête par questionnaire auto-administré a été menée auprès de 418 étudiants en médecine inscrits à l’université catholique de Lille au cours de l’année universitaire 2009-2010.
14 pictogrammes sur les 42 disponibles leur ont été présentés.
L’efficacité des messages paraît très hétérogène. Les images perçues comme les plus efficaces sont les plus explicites, celles qui concernent le fumeur lui-même et celles qui renvoient à un stade avancé de la maladie, voire à un stade terminal. Celles qui font référence à autrui (enfant) ou aux conséquences de la maladie (stérilité) ont un impact modéré. Les deux pictogrammes les plus efficaces sont l’un qui montre la bouche et les dents d’un fumeur, et l’autre un cancer de la gorge.
S’il apparaît opportun de choquer les fumeurs, il ne faut pas évoquer la mort elle-même car elle ne permet sans doute pas une connexion efficace.
Le deuxième résultat est que les images choc semblent davantage de nature à conforter les non-fumeurs dans leur choix qu’à dissuader les fumeurs de mettre un terme à leur consommation.
Ces investigations ont pour objectif de permettre de mieux adapter les messages à placer sur les paquets de cigarettes. De futures recherches pourraient également préciser l’utilité d’une alternance des pictogrammes, afin d’éviter tout phénomène d’habitude des consommateurs.
(publié le 29 juillet 2011)