Le rôle du statut scolaire et professionnel dans les usages de drogues des hommes et des femmes de 18 à 25 ans

S. Legleye, F. Beck, P. Peretti-Watel, N. Chau Revue d’ Epidémiologie et de Santé Publique, 2008, vol.56, n°5, p. 345-355. Bibliographie

Le Baromètre Santé 2005, enquête téléphonique abordant les différents comportements et attitudes de santé des Français de 12 à 75 ans a concerné 30 514 individus. Parmi eux, 4 077 personnes avaient entre 18 et 25 ans dont 1 290 étaient étudiants de l’enseignement supérieur, 1 480 étaient actifs occupés et 538 étaient chômeurs. Les étudiants s’avèrent moins souvent fumeurs de tabac ou buveurs réguliers d’alcool que les actifs occupés. Par contre, leurs épisodes de « binge drinking » déclarés sont aussi fréquents et leurs ivresses le sont davantage. Le tabagisme quotidien est plus fréquent parmi les chômeurs qui devancent les travailleurs et eux-mêmes les étudiants. Aucun écart n’est significatif pour les différents niveaux d’usage de cannabis hormis l’usage régulier qui se révèle plus fréquent parmi les chômeurs. Parmi les femmes, les consommations d’alcool et de cannabis et les ivresses alcooliques sont plus fréquentes parmi les chômeuses et les étudiantes que parmi les actives occupées. Au total, la situation de chômage est à risque pour les deux sexes, mais la poursuite d’études supérieures est associée à une surconsommation d’alcool et de cannabis parmi les femmes, alors que ce n’est pas le cas parmi les hommes. « Par rapport aux données de 2000, les consommations des étudiants sont plutôt tournées vers l’ivresse alcoolique et la consommation de cannabis ».

09B0256

(publié le 17 février 2009)