Le snus

M. Undermer, J. Perriot, G. Peiffer La Presse Médicale, 2012, vol.41, n°1, pp.3-9. Bibliographie

Le snus est une variété de tabac qui ne se fume pas et ne provoque donc pas de cancer bronchique.
Il se présente sous forme orale et peut être conditionné sous forme de sachets qui se placent entre la joue et la gencive. Il est très utilisé aux États-Unis et en Scandinavie. En France, il est surtout consommé par les jeunes sportifs de sexe masculin pratiquant des sports de glace et de neige.
Les taux de nicotine délivrés sont comparables à ceux des cigarettes avec les mêmes risques de dépendance nicotinique.
Le snus contient des nitrosamines carcinogènes (sauf en Suède où il a été dénitrosaminé), et comme ils ont une absorption intestinale, ils peuvent expliquer les cancers autres que ceux de la cavité buccale.
La consommation induit :

  • des lésions de la cavité buccale (inconstantes), d’importantes caries dentaires, des atteintes des gencives (inflammation, douleurs), une maladie parodontale, des lésions bénignes de la muqueuse buccale, des lésions précancéreuses à type de leucoplasie ;
  • des cancers de la sphère digestive : les études sur le risque de cancer buccal et oesogastrique sont discordantes mais en revanche elles sont concordantes pour le risque de cancer du pancréas ;
  • des maladies cardiovasculaires : pathologies coronaires, accidents vasculaires cérébraux, hypertension artérielle, athérome.
  • pendant la grossesse, la consommation de snus est associée à une augmentation du risque de pré-éclampsie et d’accouchement prématuré.

Les substituts nicotiniques,le bupropion et la varénicline diminuent les symptômes de sevrage lors de la tentative d’arrêt du snus sans modifier l’abstinence à long terme. Des auteurs ont imaginé que le snus pouvait être une solution appropriée pour les gros fumeurs de cigarettes afin de limiter chez ces derniers, les conséquences respiratoires de la fumée de tabac.
En raison de tous ces risques, la consommation de snus ne peut être encouragée, d’autant que ce peut être un produit d’initiation à la dépendance nicotinique.
Il convient dès lors d’informer sur les dangers du snus et d’intégrer ces données dans les programmes d’éducation à la santé.

(publié le 12 avril 2012)