Prévenir et maîtriser les méfaits du cannabis au travail

B. Dautzenberg, L. Etner, J. Osman, J-D. Dewitte
Ce dossier publié par l’OFT (Office français de prévention du tabagisme) fait le point sur les problèmes soulevés par le cannabis au travail.
La première partie est consacrée aux rappels scientifiques. Les informations (y compris celles concernant les effets neuropsychologiques de la consommation chronique de cannabis) sont clairement explicitées afin d’être accessibles à tous, y compris à un public non spécialiste.
La deuxième partie concerne les aspects juridiques et réglementaires soulevés par la consommation de cannabis au travail. La situation est assez complexe sachant que l’employeur ne peut pas sanctionner celui qui fume du cannabis en dehors du travail mais qu’il peut sanctionner une faute ayant des conséquences professionnelles et une prise de cannabis dans certains postes à risques. Pour sa part, le médecin du travail doit empêcher un salarié "dangereux" de travailler, en rendant une décision d’inaptitude totale ou partielle à son encontre. Il engagerait sa responsabilité civile professionnelle en le laissant poursuivre son activité sans réagir. Son erreur de diagnostic pourrait par ailleurs engager la responsabilité de l’employeur. Dans tous les secteurs où l’usage du cannabis crée un danger particulier, il convient de le prévenir.
La troisième partie concerne l’abord du cannabis en milieu de travail sachant que toutes les entreprises sont concernées. Le nombre de consommateurs en milieu de travail est loin d’être négligeable. Une enquête menée dans les entreprises d’Ile-de-France a montré que 37% des salariés interrogés avaient déjà consommé du cannabis dans leur vie. La consommation au cours des derniers mois atteignait 35% dans la classe d’âge des 18 à 24 ans. 55% des salariés souhaitent de l’information sur le cannabis sur le lieu de travail et 54% des salariés sont d’accord pour une détection biologique du cannabis lors des visites chez les médecins du travail.
Ce document est une mine d’informations pour les chefs d’entreprise, les directeurs de ressources humaines et les médecins du travail.
(publié le 10 septembre 2010)