Cigarettes électroniques, tentatives d’arrêt et arrêt du tabac : suivi à 6 mois

A. Pasquereau, R. Guignard, R. Andler, V. Nguyen-Than Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, BEH, 2017, n°26, pp.559-567. Bibliographie
La cigarette électronique (e-cigarette) étant d’apparition récente sur le marché, aucune donnée à long terme n’est encore disponible pour évaluer si elle peut être bénéfique ou nuisible pour la santé.
Une enquête a été menée auprès de 2000 fumeurs âgés de 15 à 85 ans et recrutés via un access panel (panel d’individus volontaires recrutés par une société d’études) pour deux vagues d’enquête sur Internet : lors du démarrage (T0) et 6 mois plus tard. Au départ de l’enquête, 1 805 étaient des fumeurs exclusifs de tabac et 252 étaient des vapo-fumeurs (fumeurs utilisant régulièrement une e-cigarette).
Les vapo-fumeurs étaient à T0, près de trois fois plus nombreux à avoir tenté d’arrêter de fumer et à avoir utilisé des timbres de substitution nicotinique (TSN) au cours des 30 derniers jours. Ils déclaraient aussi plus souvent avoir l’intention d’arrêter de fumer au cours des 6 prochains mois (63% vs 41,1%).
A 6 mois, l’interaction entre le vapotage et la dépendance tabagique est significative : le vapotage est plus fortement associé à une réduction de la consommation de tabac pour les fumeurs dépendants que pour ceux qui l’étaient peu ou pas du tout. De même, en ce qui concerne les tentatives d’arrêt du tabac, le vapotage est associé à une tentative d’arrêt d’au moins 24 heures à 7 jours, seulement pour les fumeurs modérément ou fortement dépendants.
Enfin 44 % des vapoteurs qui avaient arrêté de fumer au moins 7 jours ont indiqué que l’e-cigarette les y avait aidés, et ce plus souvent chez les personnes âgées.
L’efficacité de l’e-cigarette reste en débat.
(publié le 11 janvier 2018)