Le sevrage tabagique à l’américaine

S. Félibre, à partir d’un artcile paru dans "New England Journal of Medicine", 2018, 378, pp. 2302-2310 Le Généraliste, 2018, n°2849, pp. 34-35. Bibliographie

Aux États-Unis, de grandes entreprises proposent des programmes de sevrage tabagique à leurs employés et les récompensent de quelques centaines de dollars s’ils arrêtent de fumer.
L’objectif de ce travail est de comparer l’efficacité de différentes méthodes de sevrage tabagique.
Un essai randomisé a concerné les fumeurs travaillant dans 54 entreprises de Pennsylvanie. Tous ont eu accès à un site Internet gratuit où ils disposaient d’informations sur les bénéfices de l’arrêt du tabac sur leur santé. Tous ceux qui avaient consulté une fois au moins ce site pendant la période de l’étude constituaient la cohorte "engagée".
6006 salariés ont été inclus dans l’étude. 30% ont déclaré qu’ils souhaitaient arrêter de fumer et 19,8% de la cohorte totale constituait la cohorte "engagée ".
Dans la totalité de la population incluse, le taux d’abstinence complète confirmée à 6 mois à été de 1,3%. Elle a été de

  • 0,1% dans le groupe "prise en charge habituelle" (conseils + suivi psychologique)
  • 0,5% dans le "groupe témoin" (prise en charge pharmacologique gratuite + e cigarette gratuite en cas d’échec précoce des médicaments)
  • 1% dans le groupe "e cigarette" ( cigarette électronique gratuite sans recours antérieur aux médicaments)
  • 2% dans le groupe "$ acquis" (600 dollars définitivement acquis et disponibles + médicaments + e cigarettes gratuits)
  • 2,9% dans le groupe "$ remboursables" (600 dollars bloqués sur le compte en banque et progressivement amputés de 100, 300 et 600 dollars s’ils n’avaient pas arrêté de fumer un mois, trois mois et six mois après la date choisie) + médicaments et e cigarettes gratuits.

Le taux d’abstinence dans la cohorte "engagée" était 4 à 6 fois supérieur à celui de la population non engagée.
6 mois après la fin de l’intervention, environ la moitié des sujets abstinents complets confirmés en fin d’essai l’étaient encore à 12 mois, quel que soit le groupe.
Ce très faible taux d’arrêt est néanmoins considéré aux États-Unis comme positif en ce qui concerne le coût/efficacité.

Aux États-Unis, donner directement de l’argent aux salariés fumeurs s’avère plus efficace pour arrêter le tabac que les conseils, les médicaments ou les cigarettes électroniques délivrés à titre gratuit.

Selon l’auteur, les résultats observés ne sont probablement pas reproductibles dans les pays du sud de l’Europe en raison d’un contexte culturel différent.

(publié le 24 décembre 2018)