Les professionnels trouvent divers soutiens chimiques à l’engagement sans limite d’eux-mêmes

Interview de G. Lutz Entreprise et Carrières, 2017, n°1337, p. 32-33
En entreprise, plus que les consommations d’alcool et de tabac, ce sont les médicaments psychotropes et les drogues illicites qui posent question.
Certains travailleurs recourent aux psychotropes notamment pour s’anesthésier et soulager leurs douleurs physiques et pas seulement sur le court terme.
Lorsque les situations sont tendues, il arrive que les salariés fassent usage de psychotropes pour se rassurer, diminuer la pression, décompresser, lâcher prise, voire dormir. La prise se fait généralement hors travail et le lien ne s’établit pas de manière évidente. Ce n’est pas l’effet festif de ces substances qui est recherché mais plutôt la possibilité de rester performant. Ces usages sont néanmoins nocifs.
La prévention liée habituellement à ces produits dopants cible plutôt la dangerosité et la responsabilité individuelle. Des actions sont en cours pour développer la prévention organisationnelle des addictions comme maladie chronique.
Il serait vain de se contenter de dépister les drogues par des tests en entreprises sans se préoccuper de l’analyse organisationnelle. Il est dès lors important de ne pas appliquer des solutions individuelles à des situations collectives.
(publié le 11 juillet 2017)