Tabac

Santé Publique France Bulletin de santé publique BSP Île-de-France, janvier 2019, 25 pp.

Ce document constitue un premier état des lieux du tabagisme en France.
En 2017, selon le Baromètre de Santé publique France, le tabagisme quotidien parmi les 18-75 ans était en moyenne de 26,9% avec des disparités régionales. C’est en Île-de-France que l’on fume le moins (21,3%) et dans les Pays de la Loire (23%). Quatre régions se distinguent par une prévalence plus élevée : le Grand-Est (30, 1%), l’Occitanie (30,3%), les Hauts-de-France (30,5%) et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (32,2%).

Ce document détaille plus spécifiquement la situation en île-de-France

Par rapport à la moyenne nationale, en Île-de-France, la prévalence est plus faible en ce qui concerne le tabagisme quotidien (11,8%) ; mais aussi l’usage intensif du tabac. C’est aussi dans cette région que la consommation de tabac chez les femmes enceintes a une prévalence très inférieure à la moyenne nationale.
Le statut tabagique varie selon le niveau de diplôme et le revenu moyen : plus de fumeurs quotidiens parmi les personnes ayant un niveau d’études inférieur au baccalauréat ou ayant un faible niveau de revenu mais augmentation de la part des fumeurs occasionnels avec le niveau de revenu.
La forte dépendance au tabac est plus faible que la moyenne de la France métropolitaine, mais elle augmente avec l’âge.
62,5% des fumeurs quotidiens avaient envie d’arrêter de fumer en 2017 et 28,8% avaient un projet d’arrêt dans les 6 mois.
2,7% déclarent vapoter quotidiennement mais 31% des personnes ont déjà expérimenté la cigarette électronique.

Les effets néfastes du tabac en termes de morbidité et de mortalité sont passés au crible

Les tendances sont précisées pour les hommes et les femmes en ce qui concerne la cancer du poumon, la broncho-pneumopathie chronique obstructive mais aussi les cardiopathies ischémiques.

Ces résultats doivent contribuer à mieux définir, mettre en œuvre et évaluer les actions en matière de prévention.
" Les politiques publiques mises en place se sont traduites par le programme national de réduction du tabagisme (PNRT) inscrit dans le Plan cancer 2014-2019 évoluant en Programme National de lutte contre le Tabac 2018-2022 ".

(publié le 6 mars 2019)