MERS-CoV : un nouveau virus venant d’Arabie

P. Bourée La Revue du Praticien, Médecine Générale, 2014, vol.64, n°4, p.457-460. Références
Depuis 2012, une nouvelle pathologie pulmonaire virale est apparue en Arabie Saoudite, appelée syndrome respiratoire du Moyen-Orient ou Middle East Respiratory Syndrome (MERS). Le virus responsable est le MERS-CoV. En culture, le virus se multiplie très vite dans les cellules rénales avec passage dans les urines, ce qui pourrait être un facteur de transmission.
Ce virus infecte essentiellement des patients ayant déjà un terrain pathologique (diabète, hypertension artérielle, cardiopathie chronique, insuffisance rénale chronique).
La maladie se caractérise cliniquement par fièvre, frissons, toux, dyspnée, troubles digestifs et risque de mort in utero chez la femme enceinte.
La mortalité est de 49% sur l’ensemble des 191 cas répertoriés au 18 mars 2014.
Depuis avril 2013, l’incidence a beaucoup augmenté et touche principalement les personnes entre 30 et 70 ans. Deux cas ont été notifiés au centre hospitalier universitaire de Lille (un sujet était sous immunosuppresseurs, l’autre sous corticoïdes). La transmission est inter-humaine et des cas de transmission nosocomiale ont été décrits (23 en Arabie Saoudite et un en France).
Les pèlerinages sont dès lors déconseillés aux enfants de moins de 12 ans, aux sujets âgés de plus de 65 ans, aux femmes enceintes, aux personnes immunodéprimées ou atteintes de diabète, de cancer ou de pathologie chronique (cardiaque ou pulmonaire).
Le réservoir du virus serait la chauve-souris ou le dromadaire.
Un patient fébrile et porteur d’un syndrome pulmonaire en provenance du Moyen-Orient doit être hospitalisé en isolement et une enquête doit être effectuée dans son entourage.
Le traitement n’est que symptomatique.
(publié le 6 mai 2014)