Covid-19 et VIH

Remaides, octobre 2021, pp.27-28
A l’été 2021, un rapport de l’OMS affirme que le VIH serait à lui seul, un facteur de risque de développer une forme grave de la Covid-19 et d’en décéder, ce qui sème l’angoisse chez les personnes vivant avec le VIH.
A la lecture de ce rapport, il apparait que l’analyse comporte de nombreux biais et cette communication doit plutôt être considérée comme "un plaidoyer pour un accès prioritaire à la vaccination Covid-19 pour les personnes vivant avec le VIH".
Une autre étude menée aux États-Unis conclut qu’il n’y a pas de différence significative sur la mortalité liée à la Covid-19 entre les personnes séronégatives et celles qui étaient séropositives.
Une étude menée en Espagne montre que les facteurs associés à une forme sévère de la Covid-19 étaient un taux bas de CD4, une charge virale détectable et différentes comorbidités.
En Argentine, la réponse immunitaire anti-Covid a été étudiée à la fois chez les personnes vivant avec le VIH et les personnes séronégatives pour le VIH. Les taux d’anticorps anti-Covid étaient similaires dans les deux groupes ; cela revient à dire que les personnes vivant avec le VIH développent une immunisation naturelle comparable à celle des personnes séronégatives après la guérison de la Covid-19.
(publié le 15 novembre 2021)