L’âge, le travail et la "seconde jeunesse" sur le marché de l’emploi

G. Bombaerts Prévent Focus, 2009, n°9, p.24-27

"Ce n’est pas le vieillissement du marché de l’emploi qui forme l’un des plus grands défis à relever pour les entreprises, mais bien la dynamique des travailleurs âgés." Se sentant en bonne santé, les travailleurs âgés souhaitent continuer à travailler. Aux acteurs du marché du travail d’adapter leur politique du personnel en fonction de l’âge.
En Belgique, un centre d’expertise consacré à l’âge et au travail a vu le jour en janvier 2007 pour sensibiliser, encourager et soutenir les entreprises et les pouvoirs publics afin de favoriser l’émergence d’une politique propice au maintien au travail des travailleurs vieillissants.
Trois missions spécifiques ont été assignées à ce centre :

  • la promotion des connaissances,
  • l’encouragement des pratiques et
  • le développement de politiques à des fins de soutien, de concrétisation, d’accompagnement et de renouvellement dans le cadre des politiques du marché du travail.

Les propos de l’auteur sont résolument optimistes. Il note que les travailleurs plus âgés changent moins souvent d’employeur et donc les investissements humains (comme les formations) restent plus longtemps rentables. Ils ne sont pas plus absents que leurs collègues plus jeunes, sont moins souvent blessés (même si la gravité des blessures augmente avec l’âge), sont aussi prompts et désireux d’apprendre dans la mesure où les conditions d’apprentissage répondent à leurs besoins, sont aussi productifs pour autant que l’organisation du travail offre la possibilité de compensations et sont parfaitement capables de suivre les évolutions technologiques.
"Il ne sert à rien de vouloir se débarrasser des travailleurs de 50 ans et plus. Au contraire, mieux vaut chercher à améliorer les conditions de travail".
Le site du centre www.leeftijdenwerk.be offre une foule d’informations mais il est rédigé exclusivement en néerlandais.

(publié le 26 février 2010)