La santé des séniors au travail en Franche-Comté, France.
Une exploitation du dispositif Evolutions et Relations en Santé au Travail (Evrest).
Etude transversale

C. Balamou, B. Feuvrier Archives des maladies professionnelles et de l’environnement, 2014, vol.75, n°6, pp.556-565. Bibliographie
Une étude a été menée chez les salariés de 50 ans et plus, vus lors d’une visite périodique de santé au travail dans les services d’exercice des médecins du travail participant au dispositif Evrest avec l’objectif de décrire dans la population des séniors au travail, les conditions de travail, le vécu au travail, la formation, la santé au travail ainsi que les facteurs qui sont associés au départ à la retraite en Franche-Comté.
Le taux d’activité des séniors en Franche-Comté est de 37,3% et dans l’échantillon d’étude, 8 séniors sur 10 travaillaient à temps plein et dans plus de 3/4 des cas, en journée normale.
Dans l’ensemble, les séniors déclaraient apprécier leur travail (mais plus les cadres et professions intermédiaires que les ouvriers et employés) et disposer d’autonomie, d’entraide, de coopération et de reconnaissance de leur travail (mais avec une diminution pour ce dernier paramètre, parallèle à l’augmentation en âge).
Les contraintes physiques du poste de travail sont supportées essentiellement par les ouvriers, les employés et les femmes.
Si les séniors ont bénéficié pour 38% d’entre-eux d’une formation, ils n’ont été que 31% à avoir un rôle de formateur ou de transmission de leur expérience alors qu’il étaient 65% à le souhaiter.
En ce qui concerne leur santé : 56% des séniors rapportaient des troubles ostéoarticulaires et 14% des troubles neuropsychiques (association d’anxiété, de fatigue, et de troubles du sommeil).
Le désir de partir à la retraite est présent chez 91% des séniors et 52% l’attendent avec impatience mais l’envie des 60 ans et plus de poursuivre leur activité professionnelle existe, en lien avec le sentiment que le travail permet de "rester dans le coup", avec la reconnaissance au travail par l’entourage professionnel, la possibilité d’apprendre de nouvelles choses et celle de transmettre son savoir, mais aussi par la possibilité de travailler en journée normale et d’avoir un travail varié.
Les auteurs concluent : "Préserver la santé des séniors en travaillant sur leurs conditions de travail est probablement le moyen de les garder le plus longtemps au travail et c’est certainement une clé de la réussite des politiques sociales."
(publié le 27 avril 2015)