Le lien entre l’âge et la diminution de la performance n’est pas démontré

S. Belleni interviewé par P. Rabilloux Entreprise et Carrières, 2010, n° 1010, pp.30-31

On a longtemps considéré qu’une bonne gestion des âges consistait à sortir les salariés les plus âgés de l’emploi. Cette politique qui a fait un temps l’objet d’un consensus social, est remise en cause avec le problème du financement des retraites.
Un recruteur a tendance à rechercher chez les futurs salariés, des qualités telles que dynamisme, capacité d’adaptation, aptitude à travailler avec les technologies de l’information, motivation, qui sont supposées être celles de la jeunesse. Néanmoins, il ne faut pas oublier qu’une catégorie d’âge n’est jamais homogène et aucune étude ne démontre clairement le lien entre l’âge et la diminution de la performance. Les manières de travailler évoluent au fil du temps mais "il n’est pas dit que la productivité diminue". Il en est de même pour les activités intellectuelles : "les salariés mobilisent des capacités cérébrales différentes de celles des plus jeunes pour certaines tâches notamment celles de mémorisation".
Le vieillissement au travail est la combinaison du vieillissement biologique naturel et de celui produit par des facteurs environnementaux. Le facteur âge ne peut pas être isolé de l’organisation du travail.
Pour résoudre les difficultés annoncées entre travail et emploi des seniors, trois pistes se dessinent :

  • la formation tout au long de la vie,
  • l’amélioration des conditions de travail,
  • la prise en compte des acquis de l’expérience.
    Au total "l’amélioration de l’emploi des seniors demande paradoxalement d’éviter de se focaliser sur l’âge et de penser le travail au fil des âges ".
(publié le 21 juillet 2010)