Vieillissement, pénibilité et travail

C. Delgoulet, S. Volkoff Encyclopédie Médico-Chirurgicale, EMC, Elsevier Masson SAS, Issy-les-Moulineaux, Pathologie professionnelle et de l’environnement, 2014, vol.9, n°2, 16-780-A-80, 8 pages. Bibliographie

Malgré l’importance des interactions, vieillissement, pénibilité et travail, le terme de pénibilité est assez mal défini et les auteurs proposent d’exprimer leurs relations selon trois facettes :

  • Pénibilité et vieillissement "par" le travail : les effets potentiels des contraintes et nuisances au travail.
    Preuves en sont :
    • des différences de mortalité entre catégories sociales dans l’ensemble des pays industrialisés (mortalité différentielle cependant non totalement expliquée par les disparités de conditions de travail). C’est ainsi que les expositions professionnelles sont responsables de 3 à 6% des cancers mais aussi de déficiences sensorielles ou physiques ;
    • des différences de mortalité toutes causes confondues, entre des professions socialement voisines, permettant de limiter l’effet des paramètres extraprofessionnels ;
    • le suivi de cohortes de retraités (montrant que les personnes exposées à certaines nuisances durant leur vie professionnelle présentent davantage d’incapacités dix ans après leur retraite). C’est ainsi que les empreintes du parcours professionnel sur la santé créent des usures de différents types : articulaires, auditives ou de la qualité du sommeil.
  • Pénibilité et vieillissement "par rapport" au travail : les conditions de travail sélectives.
    Il est important d’examiner à l’échelle d’une entreprise, d’un métier, d’un secteur, quels sont les âges des salariés qui occupent telle position, ne l’occupent pas, y accèdent ou la quittent. Une simple lecture de la pyramide des âges, un repérage des mécanismes de sélection sur l’âge (par les contraintes physiques, par des contraintes temporelles serrées, par des exigences de polyvalence) permettent de repérer les aspects du travail plaçant les travailleurs vieillissants en difficulté.
  • Pénibilité et vieillissement "dans" le travail : élaboration et usages de l’expérience.
    Au fil du temps, l’expérience supplée les insuffisances physiques et des compromis s’établissent pour mener à bien la tâche (tours de mains, aménagement des horaires ou des postes, gestion des contraintes) mais ce, seulement si l’organisation le permet. Se pose alors la question d’une compatibilité entre les exigences de la tâche et les marges de manœuvre dont les individus et les collectifs disposent. Peut alors surgir une autre forme de pénibilité faite de frustrations, d’inconfort, d’ennui, de débordement, etc.

Tout cela incite à s’interroger sur la place de l’ergonomie qui permettrait de repérer les conditions de travail et les formes d’organisation propres à accueillir les salariés vieillissants pour préserver leur efficacité au travail et favoriser l’élaboration et la mobilisation de leur expérience. Il faudrait pouvoir maîtriser les parcours professionnels plutôt que de plaider pour des départs anticipés dont le risque est qu’ils soient perçus comme des alternatives à la prévention.

(publié le 25 septembre 2014)