Vision et vieillissement
Pour une démarche cinétique

E. Phan Chan The Préventique-Sécurité, 2009, n°104, p.85-90

Les performances visuelles déclinent physiologiquement avec l’âge et plus particulièrement après 60 ans, du fait de la détérioration des milieux transparents d’une part et de la perte effective du pouvoir de résolution des neurones du système visuel. Ce vieillissement s’accompagne d’une réduction de l’accommodation. L’avancée en âge s’accompagne de différentes pathologies (DMLA* au premier plan des pathologies ophtalmologiques à l’origine d’une baisse de l’acuité visuelle chez la personne âgée, glaucome, maladies chroniques) qui peuvent accélérer le déficit visuel. Cependant, un bon éclairage est susceptible d’améliorer les performances visuelles. Pour conserver les mêmes performances visuelles que celles existantes à 25 ans, il faut 100% d’éclairement en plus pour les sujets âgés de plus de 45 ans et 300% d’éclairement en plus pour les sujets de plus de 55 ans. Il faut intégrer le fait que le simple effet du vieillissement oculaire altère déjà progressivement la vision colorée, ce qui peut avoir une incidence professionnelle dans les métiers où la discrimination fine des teintes est nécessaire. La prévention des dyschromatopsies acquises par une exposition chronique à certains solvants est un enjeu majeur en terme de santé-sécurité au travail des seniors en ce qui concerne le maintien à des postes de sécurité ou la conduite. En ce qui concerne la conduite spécifiquement, on estime (en l’absence d’étude épidémiologique) que 300 000 à 500 000 personnes seraient inaptes. Il est primordial de dépister à temps le glaucome, la rétinopathie diabétique, le décollement de rétine, la DMLA, les affections de la cornée. Il se révèle pertinent d’orienter vers une consultation ophtalmologique systématique à partir de 60 ans.

*DMLA : dégénérescence maculaire liée à l’âge

09B07138

(publié le 28 juillet 2009)