Conditions de travail
Faire la place aux malades chroniques

R. Le Saint Entreprise et Carrières, 2013, n°1130, pp.13214
15% de la population active française est atteinte d’une pathologie chronique et seuls 35% de ces malades travaillent, contre un taux d’emploi général de 75% et de 46% pour les handicapés.
Sachant que certaines maladies chroniques apparaissent tôt dans la vie professionnelle (35 ans pour la sclérose en plaques), il convient d’être vigilant quant au maintien dans l’emploi.
Si les salariés parlent peu de leur état de santé, c’est par crainte de la stigmatisation et par peur d’un déclassement. Les entreprises connaissent mal ces pathologies chroniques dont certaines sont au premier regard, invisibles.
Le problème vient essentiellement des organisations du travail qui sont discriminantes, ce qui entraîne absentéisme, licenciement, inaptitude.
Il faut proposer aux salariés des organisations du travail plus souples en termes d’horaires, d’aménagement du temps de travail ou des conditions de travail.
La création de groupes de travail impliquant responsables de ressources humaines, managers, médecins du travail permet de sensibiliser les interlocuteurs, afin de lever les freins psychologiques des salariés à se déclarer. Ainsi plus on traitera en amont la problématique, plus le maintien dans l’emploi sera durable.
(publié le 4 avril 2013)