Réintégrer un salarié après un cancer

L’Usine Nouvelle, 2014, n°3401, pp.54-55
Sur les 1 000 personnes qui apprennent chaque jour qu’elles sont atteintes d’un cancer, 400 ont un emploi mais dans les deux ans qui suivent l’annonce de la maladie, un tiers des personnes concernées a perdu son emploi.
Pour accompagner le retour d’un salarié atteint d’un cancer, il faut déjà le savoir et pour ce faire, garder le contact avec le salarié tout le temps de l’arrêt en le faisant avec tact et mesure et en respectant son souhait de parler ou non de sa maladie.
La reprise se prépare bien en amont.
D’ailleurs, il n’est pas toujours possible de rependre le poste précédent et certains considèrent qu’un nouvel environnement professionnel est préférable.
L’entreprise doit aborder la question sous l’angle de l’organisation du travail plutôt que de la maladie, sans ignorer que le malade en rémission va continuer à suivre des traitements aux effets secondaires parfois lourds.
Les membres de l’équipe doivent être informés du retour et des aménagements de poste proposés au salarié qui va reprendre son travail. L’accompagnement managérial est important car le salarié doit se sentir attendu. "L’attention à l’autre est un vrai facteur de cohésion" qui finalement rejaillit sur toute l’équipe.
Il faut aussi faire accepter qu’une personne dans les suites d’un cancer, ne soit pas opérationnelle à 100% les premiers temps.
(publié le 19 mars 2015)