Revue des facteurs influençant le processus de retour au travail chez les patientes atteintes d’un cancer du sein. Une étude qualitative.

Breast cancer survivors’ views of factors that influence the return-to-work process – a qualitative study. S. Tamminga, A. de Boer, J. Verbeek, M. Frings-Dresen Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2012, vol 38, n°2, pages 144-154. Bibliographie.

Les objectifs de cette enquête hollandaise et finlandaise sont la mise en évidence des facteurs permettant, pour la plupart des patientes guéries du cancer du sein, le retour au travail et les difficultés dans ce parcours (facilitateurs et freins), ainsi que les différentes solutions possibles que l’on peut apporter aux problèmes liés au retour à l’emploi.

Pour cela, douze patientes guéries de leur cancer du sein ont participé à des entretiens semi-dirigés, analysés ensuite thématiquement avec le logiciel MAXQDA pour une analyse qualitative des données. Les auteurs ont utilisé la classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé comme cadre conceptuel. Les résultats révèlent des freins et des facilitateurs dans le retour à l’emploi. Conformément aux précédentes études sur le sujet, les auteurs ont trouvé que les facteurs exogènes au travail, comme le soutien du supérieur hiérarchique, l’importance du travail, les effets secondaires sur le plan psychique ou physique (comme la fatigabilité) ont une influence sur le retour au travail. Les barrières recensées sont : le tempérament et la personnalité, le « blocage professionnel » (peur de changer de travail), des attitudes sociétales, alors que les facilitateurs comprennent : prendre soin de sa santé, les compétences, la réussite professionnelle, ainsi que le soutien de sa famille et des professionnels de santé. Lors de la phase initiale de retour à l’emploi, ce qui gênait le plus étaient les effets secondaires sur la santé physique ou psychologique alors qu’à distance de la reprise, il s’agissait plutôt d’un manque de compréhension de la part de l’entourage professionnel. Les participantes ont mentionné que les conseils issus du corps médical et une information auprès des supérieurs hiérarchiques et collègues devaient être améliorés.

(publié le 23 août 2012)