Identification des trajectoires de retour à l’emploi à l’aide d’analyse de séquence dans une cohorte de travailleurs ayant des troubles musculo-squelettiques
Identifying return-to-work trajectories using sequence analysis in a cohort of workers with work-related musculoskeletal disorders

C.B. McLeod, E. Reiff, E. Maas, U. Bültmann Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2018, vol 44, n°2, pp.147-155. Bibliographie.

Cette étude néerlandaise et canadienne a pour objectif d’identifier les trajectoires de retour à l’emploi (RTW) chez les travailleurs ayant eu des troubles musculo-squelettiques (TMS) et d’étudier les associations entre différents types de TMS et ces trajectoires de RTW.
Les données d’un registre administratif d’indemnisation des travailleurs ont été utilisées pour identifier les indemnités journalières versées pour TMS, entre 2010 et 2012 en Colombie britannique (Canada). Des analyses de régression de Cox ont été réalisées pour étudier les différences dans le RTW et les différents types de TMS. Des évaluations, à partir d’un calendrier journalier, de 4 types de RTW (après absence complète, aménagement du RTW, RTW et non retour au travail) ont été regroupées dans les trajectoires de retour au travail durant une période de 1 an avec des analyses de séquence.

Les trajectoires de RTW ont été clustérisés à partir de règles qui identifient une structure à trajectoire commune.
Une régression de Poisson a été utilisée pour estimer les ratios de risque relatif estimé (RR) avec 95 % d’intervalle de confiance (IC) entre les TMS et les clusters de trajectoires de RTW.
Dans la cohorte de 81 062 indemnisations, 2 132 trajectoires uniques de RTW ont été identifiées dans 9 clusters de RTW. 50% des travailleurs sont retournés au travail dans le mois. Les travailleurs avec des problèmes de dos avaient plus de trajectoires caractérisées par un RTW précoce, tandis que les travailleurs ayant des fractures ou des luxations avaient plus fréquemment des trajectoires de type absence prolongée (RR IC 95 % 4,9 à 9,9) ou des trajectoires de non retour au travail (RR IC 95 % 1,4 à 7,6).
Il s’agit de la première étude qui a caractérisé les trajectoires de différents types de RTW de travailleurs ayant des TMS. L’utilisation d’analyses de séquence et l’identification du champ des trajectoires de RTW permet de retrouver des résultats qui ne le sont pas avec des analyses conventionnelles de régression de Cox.

(publié le 1er octobre 2018)