Le rôle de l’employeur dans la réintégration

L. Ryckewaert, K. Smet Prévent Focus, janvier 2019, pp. 18-20
La réintégration d’un salarié à son poste de travail ne doit pas se discuter lors de la reprise mais bien avant, dès que l’on sait que la remise au travail pourrait poser problème.
Il faut garder le contact avec le salarié tout le temps de l’arrêt et lui indiquer les bons interlocuteurs dont il pourra avoir besoin. Le service du personnel semble tout à fait recevable pour informer le collaborateur au sujet de ses droits ou de ses devoirs.
Le supérieur hiérarchique direct s’inscrit comme un contact incontournable et son soutien est indispensable (si 57% des travailleurs ont un travail réalisable en présence d’un leader "coach", la faisabilité baisse à 18% si le soutien est insuffisant). Un collaborateur absent reprendra plus facilement le travail s’il est suivi de près durant son absence.
Un personnel bien coaché est deux fois moins malade et se sent beaucoup plus en mesure de travailler jusqu’à l’âge de la retraite.
L’entretien de reprise de travail privilégiera une approche "humaine" où tous les éléments qui influent sur la reprise du travail seront abordés en alliant le rationnel et l’émotionnel.
Il faudra tenir compte dans le plan de réintégration, des 5T (organisation du Travail, contenu du Travail, relations interpersonnelles au Travail, conditions de Travail et conditions de vie au Travail), et laisser le travailleur participer activement à son plan de réintégration en misant sur ce qu’il est capable de faire.
Ce plan de réintégration se fait en collaboration avec le médecin du travail et tous les acteurs susceptibles de faire aboutir le projet.
La mise en place d’un travail adapté pour celui qui revient dans l’emploi impacte les collègues qui doivent être associés au projet, ce qui renforcera le soutien de l’équipe. Ce travail peut aboutir à la création d’une nouvelle fonction.
Cette méthode pourra aussi être utilisée préventivement avant l’arrêt de travail quand on prend conscience que le salarié ne pourra pas être maintenu encore longtemps à son poste. La prévention est une situation gagnant-gagnant, économiquement avantageuse pour l’entreprise et offrant une solution à long terme pour le salarié.
(publié le 22 mars 2019)