Lombalgie et repos, un duo perdant

E. Thomas Le Généraliste, 2017, n°2788, p. 31
L’auteur rapporte une observation concernant un cas de lombalgie aiguë passant rapidement à la chronicité, engendrant inactivité, état dépressif et arrêts de travail itératifs.
Cette situation clinique est relativement fréquente et concerne 7% des sujets lombalgiques aigus.
Sous prétexte de repos, le patient "s’enferme dans le cercle vicieux de la douleur, de l’inactivité, du désentraînement et finalement du handicap". Cette situation contraste avec une bénignité au moins initiale de la maladie.
A côté des causes habituelles du mal de dos (port de charges lourdes, postures contraignantes, etc.), il faut évoquer "l’insatisfaction au travail, le catastrophisme, les croyances erronées, la peur du mouvement ou des facteurs psychologiques".
Le traitement médical est peu efficace.
Il faut éviter de prescrire des arrêts de travail et favoriser le reconditionnement à l’effort et dans les cas les plus sévères, proposer des stages de restauration fonctionnelle du rachis en milieu spécialisé, comportant réactivation physique, travail des cognitions et des croyances, prise en charge psychologique et préparation à la reprise de l’activité professionnelle.
(publié le 17 mai 2017)