Rôle du médecin du travail dans le maintien dans l’emploi

N. Sandret Le Concours Médical, 2016, vol.138, n°8, pp.652-654
Lors de l’examen médical en santé au travail, le médecin doit rechercher les signes d’altération de la santé mais aussi interroger le salarié sur le sens et les enjeux de son travail.
Les postes de travail ne sont pas équivalents et certains salariés connaissent la souffrance au travail, qui peut trouver son origine dans l’écart important entre le travail prescrit et le travail réel. La résistance du réel devient source de plaisir pour le salarié lorsqu’il a réussi à la vaincre et "en cela le travail est une promesse d’un agrandissement de soi, constructif de l’identité psychique".
Au médecin du travail alors de poser les bonnes questions pour cerner si le travail est un lieu de construction de la santé du salarié (compromis entre son travail et la protection de sa santé, développement de ses compétences) et si le collectif de travail est une véritable zone de confiance, voire de solidarité.
Lorsque se pose la question du maintien dans l’emploi, ce sont ces paramètres dont il faut tenir compte pour prendre la bonne décision.
Qui doit alors décider ? Le médecin du travail ou le salarié ? Le médecin doit-il se positionner en expert ou en conseiller ? Il faut garder à l’esprit que la décision du maintien dans l’emploi concerne le salarié mais aussi les collègues et l’employeur.
Il est fondamental que le médecin du travail se positionne très clairement en tant que professionnel. Il doit "s’assurer de la pertinence de son avis en s’appuyant sur un positionnement théorique clairement affiché qui lui permet de jouer en toute transparence sa mission de prévention du côté de la préservation/construction de la santé des salariés dont il a la charge".
(publié le 13 décembre 2016)