Aptitude au travail après greffe hépatique d’un salarié exposé à divers produits chimiques

R. Garnier Le Concours Médical, 2011, vol.133, n°8, p.655
Le problème se pose sur l’opportunité de délivrer une aptitude à un salarié traité par immuno-suppressseurs à la suite d’une greffe hépatique (hépatocarcinome sur cirrhose posthépatite virale C) ert qui est exposé à divers produits chimiques par voie cutanée et aérienne.
Il apparaît que même si certains produits ne sont pas hépatotoxiques, certains solvants peuvent contenir des impuretés qui pourraient être eux, hépatotoxiques.
Certains produits chimiques pourraient présenter des interférences potentielles avec les traitements en cours et induire des difficultés d’interprétation des altérations prévisibles du bilan hépatique. Ainsi les paraffines chlorées ne sont pas très hépatotoxiques mais sont des inducteurs de divers isoenzymes de monooxygénases à cytochrome P 450 et cet effet pourrait se traduire par une élévation nette de l’activité de la gamma-glutamyltranspeptidase et modérée des transaminases.
Intégrant également le risque de complication infectieuse cutanée ou respiratoire, il paraît prudent de demande un changement de poste de ce salarié.
(publié le 30 janvier 2012)