La qualité de vie au travail, c’est d’abord pouvoir "faire du bon travail"

V. Leblanc Entreprise et Carrières, 2013, n°1162, pp. 4-6
Selon un sondage sur la qualité de vie au travail réalisé par l’institut CSA, la priorité de vie au travail des salariés est celle de "faire du bon travail" (note de 8,7 sur 10) puis celle de "faire ce qu’on aime" (note de 8,5), avant celle de gagner de l’argent (note de 8,3).
Une bonne qualité de vie au travail est bénéfique pour les salariés (bon moral, bonne ambiance, meilleure implication) mais aussi pour les entreprises (mobilisation plus facile des équipes sur un projet, progrès dans la réalisation du travail, résolution des problèmes facilitée, maintien en bonne santé, réduction des dépenses, réduction de perte de temps...)
La qualité de vie au travail des salariés français s’avère moyenne (note de 6,53) et se dégrade surtout dans les métiers de production, chez les ouvriers, les métiers en contact avec le public, les clients, les usagers ou les bénéficiaires.
Les salariés souhaiteraient plus de reconnaissance (car beaucoup vivent leur travail comme de simples exécutants) et une régularité des échanges sur le travail, impulsée notamment par les représentants du personnel.
Les cadres supérieurs et les cadres dirigeants ont une qualité de vie moins dégradée en raison d’une autonomie plus importante.
Des différences sont notées selon les secteurs : les salariés du secteur construction ne sont que 19% à juger que la qualité de vie au travail s’est dégradée en raison des efforts faits vis-à-vis de ces métiers et notamment les actions de prévention, les sensibilisations sur les dangers de leurs métiers et l’attention portée à leurs pratiques de travail.
(publié le 18 novembre 2013)