Le bénéfice de la prévention

C. Duval Travail et Sécurité, 2013, n°736, pp.24-25
Les PME-TPE hésitent à investir dans la prévention en raison d’un coût financier qui leur paraît démesuré eu égard aux bénéfices escomptés.
Il est vrai que l’évaluation économique des politiques de prévention se heurte à de nombreuses difficultés.
Pourtant, le poids économique des accidents et des maladies professionnelles est bien documenté. En 2010 : 54 millions de journées de travail ont été perdues auxquelles s’ajoutent les coûts indirects pour les entreprises (turn-over, baisse de productivité, absentéisme, image de marque dégradée).
Une étude menée en 2011 par l’Association internationale de la Sécurité sociale (AISS) auprès de 300 sociétés dans 15 pays montre un rendement de 2,2 des investissements en matière de prévention. Une étude canadienne confirme l’intérêt économique de la prévention dans de nombreux secteurs.
Toutefois la rentabilité financière des actions de prévention n’est pas systématique, notamment si le risque est faible au départ. "En outre, la prévention suit la loi des rendements décroissants : elle est d’autant plus rentable que l’entreprise a peu investi dans ce champ".
Mais l’attrait économique ne doit pas être une fin en soi. Il faut aussi compter en termes d’amélioration de la santé et de bien-être des salariés.
(publié le 4 avril 2013)