Services de santé au travail : qu’en pensent les salariés ?

F. Barotto, F. Martin Archives des maladies professionnelles et de l’environnement, 2015, vol.76, n°5, pp. 431-438. Bibliographie
Cet article propose un état des lieux à propos de l’appréciation des services de santé au travail (SST) par les salariés adhérents, à partir d’une enquête transversale descriptive multicentrique réalisée dans un SST de Marseille durant les mois de février et mars 2014.
300 questionnaires ont été distribués à la faveur des visites médicales quel qu’en soit le motif dont 86,7% ont pu être analysés.
Les salariés ont une image globalement positive de leur service de santé au travail. Ils semblent avoir confiance en leur médecin du travail essentiellement si l’examen clinique systématique est correct, mais seulement 3% des salariés ont affirmé que leur médecin du travail leur avait dépisté une pathologie jusqu’alors méconnue. Néanmoins, 50% ignorent son nom.
Presque 4 salariés sur 5 estiment nécessaires les visites périodiques (absentéisme moyen de 19% en 2013), d’embauche et de reprise. Ils sont plus circonspects vis-à-vis des visites de pré-reprise (par méconnaissance des objectifs de cette visite) ou des visites à leur initiative (moins d’un salarié sur 10 y a recours) bien que 20% des salariés (selon l’enquête SUMER) s’estiment confrontés à un comportement hostile dans le cadre du travail.
L’étude met aussi en évidence une méconnaissance des autres missions des SST. "Il serait donc souhaitable que les salariés (en particulier dans les petites entreprises, dépourvues de CHSCT) bénéficient d’un système d’information efficace par le SST dès leurs première visite" sous forme d’un document explicatif précisant le rôle du médecin du travail (y compris le "tiers-temps") mais aussi de l’équipe pluridisciplinaire qu’il anime.
" Il appartient aux médecins du travail eux-mêmes de promouvoir et développer leurs actions en milieu de travail, dans le but d’améliorer les conditions de travail des salariés, et avec la pleine confiance de ces derniers. Par ailleurs, la réduction des temps d’attente... et la réalisation d’examens médicaux sérieux et approfondis des salariés sont une condition sine qua non pour améliorer l’image de marque des SST".
(publié le 14 janvier 2016)