VIH-Sida « Sécuriser les parcours professionnels »

G. Brasseur Travail et sécurité, 2009, n°693,p.20-21

Les nouveaux traitements antirétroviraux ont contribué à ouvrir des perspectives pour l’emploi des personnes séropositives. Pourtant 56% des séropositifs restent sans emploi. Pourquoi ? Comment un salarié peut-il expliquer le trou dans le CV, comment ne peut-il se sentir coupable devant les attitudes discriminantes, comment n’est il pas « terrorisé » par l’entretien d’embauche ? Le vrai problème est celui de dire ou de ne pas dire : risque de marginalisation ? Risque d’effets secondaires lors de nouveaux traitements ? Comment réagir en cas de sollicitation pour des déplacements professionnels dans des pays qui interdisent l’entrée aux personnes séropositives ? Tout cela peut conduire le salarié « au renoncement et à une auto-exclusion du monde du travail ». « Le facteur clé est l’intégration sociale ». L’idéal est d’être reconnu pour ses compétences professionnelles et de pouvoir dire sans impact négatif ce qui est susceptible d’affecter les performances à venir pour des raisons médicales. Il faut pour cela informer et former les acteurs de l’entreprise (hiérarchie, ressources humaines), surtout ne pas isoler le salarié et respecter la confidentialité.

09B06119

(publié le 15 juin 2009)