Les risques de la sous-traitance

O. Chansarel, D. Pageau, C. paul, E. Vigne Préventique, 2016, n°149, pp. 58-61
Dans le cadre de la sous-traitance, donneurs d’ordres et entreprises intervenantes doivent s’accorder sur la qualité du produit final mais aussi sur les modalités de fabrication.
Reste l’activité de santé, sécurité, environnement liée aux travaux sous-traités.
Fondé en 1993, le 1er GIE Qualité entreprise (GIE QE) s’emploie à accompagner les entreprises et à leur apporter son concours sur la mise en place et le respect des obligations réglementaires au regard de la sécurité et le suivi des opérateurs sur le chantier avec la mise en place de bonnes pratiques sur le terrain.
Une relation tripartite s’engage entre le donneur d’ordres, l’entreprise adhérente et le GIE. Ainsi sont gérées et harmonisées les diverses pratiques des sous-traitants en diffusant un message homogène à l’ensemble des prestataires.
Ce personnel qualifié du GIE QE sur le terrain bénéfice de pouvoirs et de responsabilités qui leur permettent de prendre en charge la sécurité sur le chantier (mise en évidence des non-conformités, définition du plan d’actions préventives et correctrices, arrêt du chantier en cas de situation dangereuse ou à risque).
Les points positifs sont un regard extérieur et une vision large sur la sécurité, mais aussi un moyen de diffuser les bonnes pratiques sécuritaires et de proposer les équipements de protection les mieux adaptés.
Le savoir-faire de ce GIE (dialogue, présence sur le terrain, remontée d’information, respect de la réglementation) a un fort impact sur la diminution des accidents de travail sur les chantiers.
(publié le 4 janvier 2017)