Expositions professionnelles et morphologie des spermatozoïdes : une analyse cas-référent d’une enquête multi-centrique
Occupation exposures and sperm morphology : a case referent analysis of a multi-centre study

N. Chery, A. Poney, R. McNamee, H. Moore, H. Baillie, J.A. Chyma, M. Dippmal, A. Pacey, et les centres participants à CHAPS-UK. Occupational and Environmental Medicine, 2014, vol 71, n°9, pp. 598-604. Bibliographie.

Les auteurs (canadiens et britanniques) ont examiné les expositions professionnelles et la morphologie des spermatozoïdes pour établir dans quelle mesure les expositions impliquées différaient de celles altérant la concentration en spermatozoïdes mobiles. L’évaluation assistée par ordinateur de la morphologie des spermatozoïdes a été mise en œuvre sur les diapositives de morphologie obtenues à partir d’une enquête multi-centrique réalisée entre 1999 et 2002 sur les facteurs professionnels d’infertilité masculine. Des hommes consultant dans 14 cliniques de la fertilité réparties dans tout le Royaume-Uni ont été recrutés et ont fourni un échantillon de leur sperme. Avant que les résultats des analyses de leur semence soient connus, ces hommes ont complété des questionnaires détaillés sur leur activité professionnelle et leur mode de vie. Les expositions professionnelles ont été évaluées par des hygiénistes du travail. Les données ont été analysées en utilisant un modèle cas-référent non apparié, autorisant la constitution de groupes et de facteurs de confusion. Trois définitions de cas ont été utilisées : morphologie médiocre (morphologie normale < 4%), faible nombre de spermatozoïdes mobiles (NSM) (< 4,8 x 106) et les deux conditions réunies.

Les résultats pour la morphologie étaient disponibles pour 1 861/ 2 011 hommes en activité professionnelle au moment du recrutement. Parmi ces 1 861 hommes, 296 (15,9%) avaient une morphologie médiocre ; parmi les 2 011 hommes ayant eu un comptage des spermatozoïdes mobiles, 453 (22,5%) avaient un faible NSM ; 654/1 981 (33,0 %) réunissaient les deux conditions. La morphologie médiocre, ajustée pour les facteurs de confusion, était associée à l’exposition alléguée, pendant les loisirs, au plomb (OR = 1,33 ; IC 95 % 1,00 à 1,75). Le faible NSM était aussi associé à l’exposition alléguée au plomb et à l’exposition évaluée par les hygiénistes aux éthers de glycol. L’utilisation alléguée de décapant de peinture (OR = 1,47 ; IC 95 % 1,07 à 2,03) et de plomb, mais pas des éthers de glycol, était significativement associée à la définition des deux conditions réunies (morphologie médiocre + faible NSM).

En conclusion, alors que cette étude n’a identifié aucune exposition professionnelle associée seule à la morphologie des spermatozoïdes, la capacité de détecter le risque a été augmentée en prenant en compte à la fois la morphologie des spermatozoïdes et la concentration du sperme en spermatozoïdes mobiles.

(publié le 15 janvier 2015)