Effets immunologiques chez les travailleurs manipulant des nanoparticules manufacturées
Immunological effects among workers who handle engineered nanoparticles

D. C. Glass, M. Mazhar, S. Xiang, P. Dean, P. Simpson, B. Priestly, M. Plebanski, M. Abramson, M. Ross Sim, M. Dennekamp Occupational and Environmental Medicine, 2017, vol 74, n°12, pp. 868-876. Bibliographie.

Cette enquête australienne vise à déterminer si l’exposition aux nanoparticules manufacturées (ENP) peut entraîner une inflammation et des modifications de la fonction pulmonaire.

Une étude prospective de panel a comparé les modifications de plusieurs marqueurs de l’inflammation chez les travailleurs manipulant des ENP versus ceux n’en manipulant pas. La fonction pulmonaire, la fraction expirée d’oxyde nitrique (FeNo), la réaction en chaîne par polymérase (CRP), la numération formule sanguine et plusieurs cytokines ont été mesurées en début et en fin de poste, puis en fin de semaine de travail.

L’exposition aux nanoparticules n’était pas plus élevée lorsque les ENP étaient manipulées et il y avait plus de nanoparticules dans les bureaux et dans l’air ambiant que dans les laboratoires. Il n’y avait aucune différence à la prise de poste entre ceux qui manipulaient des ENP et ceux qui n’en manipulaient pas (fonction pulmonaire, FeNo, Hb, plaquettes, nombre de globules blancs, CRP) que les participants soient asthmatiques ou non. Il y avait des augmentations statistiquement significatives de marqueurs CD 40 et TNFR2 au cours de la journée de travail pour ceux ayant manipulé des ENP. Les changements étaient plus importants et statistiquement significatifs au cours de la semaine de travail ainsi que le marqueur CD62P. Les changements étaient légèrement plus faibles et moins significatifs chez les participants atopiques que chez les non-atopiques.

Ainsi, pour une faible exposition aux ENP, trois cytokines étaient significativement élevées au cours de la semaine chez ceux manipulant des ENP. Cependant, l’exposition à bas niveaux et de façon transitoire aux nanoparticules était insuffisante pour retrouver des changements dans la spirométrie, le FeNo, la CRP et la numération formule sanguine.

(publié le 10 avril 2018)